Equipe Analyse des pratiques musicales

IRCAM Département Recherche & Développement / UMR 9912 CNRS

Genèse de Traiettoria de Marco Stroppa

Objet

Définition

L'étude consiste en l'analyse du processus de composition de Traiettoria (1982-1988) de Marco Stroppa (1959), oeuvre pour piano et sons de synthèse. Cette étude musicologique menée par Noémie Sprenger-Ohana et Vincent Tiffon prend en compte les anciennes traces de l'activité de composition en les confrontant au compositeur. L'étude comprend également la rencontre des temoins, interprètes et collaborateurs du compositeur comme Pierre-Laurent Aimard (piano), Graziano Tisano et Alvise Vidolin (synthèse sonore), Serge Lemouton (aide au transfert sur OpenMusic)...
 
Dates essentielles du processus

L'oeuvre complète Traiettoria est constituée des 3 mouvements suivants :
- Traiettoria... Deviata : composition à Vérone (Italie) à partir de 1982 ; création le 2 août 1983 à Vérone
- Dialoghi : composition à Paris (France) en 1983 ; création à l'Ircam, le 16 avril 1984
- Contrasti :  composition à Cambridge (Etats-Unis) ; création le 21 septembre 1985 à La Biennale de Venise
 

Eléments déterminants du projet compositionnel

Atelier

Le matériau initial du projet est constitué par l'étude des résonances du piano. Il sera utilisé à la fois comme matériau pour l'écriture de la partie instrumentale, que de la partie de synthèse, composée comme l'on compose avec les instruments d'un orchestre (d'où l'appellation « orchestre synthétique » pour qualifier les sons de synthèse).
Les outils intellectuels et scientifiques de Marco Stroppa, qui correspondent à sa formation bivalente de musicien et de scientifique, sont les mathématiques, l'informatique (programmation structurée et systèmes experts), les sciences cognitives, les disciplines diverses autour de la connaissance du phénomène sonore (traitement du signal, acoustique, psychoacoustique, etc.).
 
Les outils matériels essentiels utilisés par Marco Stroppa (en dehors des outils de base de l'atelier de tout compositeur) sont le piano (dans la phase d'essai, et plus marginalement dans la phase de composition) et l'ordinateur IBM 370/158 du CSC de l'Université de Padoue pour la synthèse des sons. Côté programme informatique, Marco Stroppa utilise le logiciel de synthèse Music V (utilisé pour interpréter les données d'une « partition opératoire d'environ huit cents mille lignes ») et l'environnement numérique de mixage sonore ICMS (« Interactive Computer Music System ») du CSC.
Il faut noter que cet atelier (au sens physique du terme) est éclaté géographiquement : la composition instrumentale et l'écriture des descriptions et instructions (prédictives) des sons de synthèse intervient dans différents lieux (Paris en France, Vérone en Italie, Cambridge aux Etats-Unis... liste non exhaustive), mais la réalisation (production sonore des sons, et mixage de ces sons) s'effectue uniquement au CSC de l'Université de Padoue.
 
Contraintes
 
Traiettoria est le premier véritable projet personnel de composition (sans commande) après la fin de la formation scientifique et musicale (piano et composition) de Marco Stroppa.
 
Ce projet est initialement prévu pour piano solo (essai sur les résonances). Pour atteindre des visées non permises par l'univers instrumental seul, Marco Stroppa s'impose l'utilisation exigeante de la synthèse sonore en temps différée (Music V) pour la réalisation des sons électroniques.
 
Stroppa semble très tôt ne pas vouloir s'inscrire dans une filiation esthétique quelconque (musique sérielle, concrète, spectrale, etc.). Sur les bases du croisement des compétences pianistique, compositionnelle et informatique, Stroppa s'impose des modalités compositionnelles si possible étrangères à celles de ses pairs (exceptée le Catalogue des sons de Risset pour composer « l'orchestre synthétique »).
 

Supports et méthodes de l’enquête

Traces de l'activité

a/ Traces directes de l’activité attestées
  • carnets de bord datés
  • cahiers d'instructions informatiques non datés (Computer Jotter) rédigés en mode alphanumériques (listings en langage-machine) en nombre important
  • feuilles libres (non datées) dans un format de papier millimétré ou de tableau (de mixage notamment) qui décrivent les différentes étapes successives de la fabrication (et éventuellement de la transcription) des sons de synthèse
  • esquisses (non datées) « brutes » ou développées (d'origine ou annotées après la création)
  • partitions (non datées) de type manuscrites corrigées (avant la partition définitive Ricordi) ou éditées et publiées chez Ricordi
  • correspondance (entre le CSC et Marco Stroppa)
  • enregistrements sonores (concerts et enregistrements commerciaux)
b/ Reconstruction et auto-analyse a posteriori (données postérieures à la création)
  • discours auto-analytiques postérieurs à la création (entre autres) :
  • extraits de cours (écrit)
  • conférences (orales ou textes écrits de préparation ou enregistrement audio)
  • articles (écrits ou textes écrits de préparation)
  • documents de genèse réannotés après-coup par le compositeur
  • instructions informatiques portées sur le logiciel OpenMusic avec la librairie Chroma (produite par le compositeur), permettant la resynthèse des sons électroniques
  • fichiers-sons initiaux comprenant les sous-partie de l'oeuvre (sons électroniques isolés) transférables en format-audio lisible d'aujourd'hui.
 
Verbalisations provoquées
  • Entretiens avec le compositeur (remise en situation de composition sur partition et sur OMChroma)
  • Entretiens avec certains collaborateurs (pianiste interprète, collaborateurs techniques) sur leur intervention.
 

Musicologie des techniques de composition contemporaines

Ce projet, soutenu par l'ANR de 2009 à 2012, vise à documenter et interroger la spécificité d’un ensemble de techniques de composition caractéristiques de la musique contemporaine savante occidentale, par l’étude approfondie et coordonnée de plusieurs processus créateurs représentatifs de la musique des XXe et XXIe siècles, documentés au moyen d'archives de l'activité créatrice (esquisses, brouillons, etc.) et/ou d'entretiens approfondis avec les compositeurs (pour les compositeurs en activité – Stefano Gervasoni, Jean-Luc Hervé et Marco Stroppa). La méthode et les références du programme sont à la croisée de plusieurs domaines disciplinaires complémentaires : musicologie, critique génétique, sciences cognitives ; le projet développera notamment une méthodologie innovante basée sur la notion de « remise en situation de composition ».

Le projet de recherche "Génétique de la composition musicale : analyser l’acte créatif", coordonné par Rémy Campos et Raphaël Brunner dans le cadre des projets de recherche soutenus par la HES-SO (Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale), s'articule étroitement à MuTeC, qu'il prolonge par trois études de cas complémentaires des cinq terrains explorés dans notre projet.

> Retour à la présentation générale

 

© 2010 - Ircam