Equipe Analyse des pratiques musicales

IRCAM Département Recherche & Développement / UMR 9912 CNRS

Philippe Leroux écoute Voi(rex)

Parmi les pratiques et situations d'écoute étudiées à l'occasion du projet Ecoutes signées, un cas particulier s'est posé à l'occasion de la collaboration de Philippe Leroux avec l'équipe Analyse des pratiques musicales : peut-on rendre compte de la façon dont un compositeur écoute sa propre musique ? À défaut de pouvoir répondre à la question dans sa trompeuse généralité, des études de cas pouvaient fournir des éléments de réponse tangibles et situés. En parallèle avec l'étude de la composition de Voi(rex), des maquettes ont été réalisées en suivant deux lignes directrices :

  1. utiliser lorsque c'était possible du matériau de la genèse de l'œuvre (fichiers sons travaillés, indications sur les brouillons, etc.), situé dans la temporalité de la création de l'œuvre, c'est-à-dire lié à une écoute se projetant dans l'œuvre à venir ;
  2. explorer pour chaque mouvement une idée directrice, étant donné que le compositeur caractérise chacun des mouvements de son œuvre par des notions compositionnelles (par ex. : spatialisation, travail sur les formes d'ondes, rotations harmoniques, etc.), et ce dès l'élaboration des brouillons de l'œuvre, puis pendant son écriture, et encore après l'achèvement de l'œuvre et sa création (par exemple lors de conférences, où ces mêmes catégories sont désormais mobilisées comme des guides d'écoute autorisés).

Défini en 2003, le processus de maquettage a été réalisé au cours du premier semestre 2004. Alternant séances de définition des matériaux et opérations utilisés et séances de suivi de la réalisation technique, ce travail de coconception a permis au compositeur d'actualiser sa conception de l'œuvre en vue d'une écoute-consultation par un auditeur-spectateur. Ce travail a eu par ailleurs une fonction de clarification ponctuelle dans le contexte de l'étude empirique et aura également fourni des éléments de composition de la nouvelle œuvre du compositeur, Apocalypsis.

Cette recherche a été menée par Nicolas Donin, Samuel Goldszmidt, Philippe Leroux et Jacques Theureau et a donné lieu notamment à la publication d'un DVD-Rom joint à L'inouï, revue de l'Ircam. (En 2007, ce dernier a été augmenté d'éléments d'analyse musicale des 1er et 5e mouvements — qui n'avaient pas été abordés avec le compositeur lors de la collaboration présentée ici — à l'occasion de la confection d'un Parcours interactif consacré à Voi(rex).)

Introduction

Maquette réalisée en Flash mettant en regard : les informations concernant la spatialisation indiquées sur la partition (sources ponctuelles ou trajectoires), une représentation de cette spatialisation dans le lieu du concert (1 HP sur scène, 6 HP dans la salle, 1 HP en coulisse) et l'enregistrement sonore du mouvement.

Trois couleurs permettent de distinguer les trois éléments de l'œuvre faisant l'objet d'une spatialisation : la voix de la chanteuse, les échantillons sonores déclenchés par elle, et le temps réel.

2e mouvement ("Jusque")

Maquette réalisée en Flash présentant la partition du mouvement (scanns du manuscrit) synchronisée avec son enregistrement sonore. Cette partition s'inspire de la calligraphie des lettres de l'alphabet (en l'occurrence les lettres du texte poétique mis en musique) et plus précisément des résultats de leur utilisation dans le contexte d'une librairie d'OpenMusic réalisée par l'assistant musical du compositeur lors de la production de l'œuvre. Aussi l'utilisateur peut-il d'une part, lire et écouter ce mouvement en visualisant chacune de ces lettres apparaissant en surimpression sur le passage correspondant, et d'autre part, les effacer pour y substituer sa propre calligraphie (voir l'image de gauche). Il peut aussi réordonner les lettres du poèmes, recomposant en ce sens la partition (voir l'image de droite). Des preset permettent d'ordonner ces sections en fonction de six catégories musicales déterminées par le compositeur, ou bien à partir de critères liés à l'ordre alphabétique.

3e mouvement (" De part [...] En part")

Maquette réalisée en Flash et en Max/MSP, reprenant plusieurs principes visuels et fonctionnels d'un séquenceur audionumérique. Les différentes pistes du séquenceur correspondent à autant de catégories de son établies au cours de la composition de l'œuvre : fichier sons, fichiers sons traités, sons joués par les instruments sur scène, simulation instrumentale, voies de mixage, etc. Cette structuration rend possible l'application à chaque fichier son des traitements sonores (Time Stretching, Frequency shifting, Doppler) que Philippe Leroux avait lui-même appliqué à cette catégorie de son au cours de la composition.

4e mouvement ("Devant tout autour")

Maquette réalisée en Flash associant des images animées de certaines esquisses compositionnelles de ce mouvement, avec son enregistrement sonore. Le mouvement ayant été pensé par blocs successifs reliés par des conduits dès les premiers plans, l'animation exploite le décalage partiel entre la structure prévue (matérialisée par la mise en séquence de deux des brouillons disponibles, l'un de l'ensemble du mouvement, l'autre du bloc central) et la structure réalisée (durées effectives des divers blocs et conduits et de leurs parties, élimination de certains d'entre eux).

Une représentation synthétique sous forme de barre de navigation temporelle, reprenant les différents blocs, permet de naviguer directement dans le fichier son. Plusieurs modes de lecture sont proposés. Cette maquette est consultable en cliquant sur la vignette ci-dessous :

Capture maquette blocs-gigognes

La maquette initiale constitue un guide d'écoute généralement jugé efficace pour se repérer dans la forme symétrique "en blocs gigognes" choisie par le compositeur et pour entendre le "silence central" de cette forme – silence qui, par sa brièveté et par le fait qu'il ne se trouve pas, chronométriquement, au milieu du mouvement (tel qu'il a finalement été écrit), est longtemps passé inaperçu à l'oreille des chercheurs, pourtant prêts à entendre ce que le compositeur leur signalait comme important. Ce point délicat a été mentionné dans une analyse déjà publiée de l'activité de composition de ce mouvement (voir Donin & Theureau 2006, référence ci-dessous), et commenté dans un article (Donin 2006, voir ci-dessous) présentant celles de ces maquettes qui ont été publiées dans le DVD-Rom joint à L'Inouï.

Publications

Nicolas Donin & Jacques Theureau, « La composition d’un mouvement de Voi(rex), de son idée formelle à sa structure », L’inouï, revue de l’Ircam, n° 2, 2006, p. 62-85.

Nicolas Donin, Samuel Goldszmidt & Jacques Theureau, De Voi(rex) à Apocalypsis, fragments d’une genèse. Exploration multimédia du travail de composition de Philippe Leroux, DVD-Rom joint à L’inouï, revue de l’Ircam, n° 2, 2006.

Nicolas Donin, « Pour une 'écoute informée' de la musique contemporaine : quelques travaux récents », Circuit. Musiques contemporaines, vol. 16, n° 3, 2006, p. 51-64.

Ecoutes signées

Ce projet, essentiellement réalisé entre 2003 et 2006, consistait à enquêter sur des pratiques d’écoute singulières et à rendre ces dernières partiellement transmissibles à d’autres auditeurs.

Des collaborations avec plusieurs musiciens ont permis d’expliciter des manières d’écouter qui leur étaient propres, puis de concevoir avec eux des prototypes d’interfaces informatiques permettant d’« écouter comme eux ».

> Retour à la présentation générale

Le projet Voi(rex) / Apocalypsis

Ce projet, essentiellement réalisé entre 2003 et 2007, porte sur la composition de deux œuvres par Philippe Leroux. La première, Voi(rex), a été composée en 2001 ; sa composition a fait l’objet d’une reconstruction détaillée avec l'aide du compositeur, grâce aux nombreuses esquisses conservées.

La seconde, Apocalypsis, a été composée de l’automne 2004 au printemps 2006 ; cette fois, la saisie du processus créateur s'est faite pour ainsi dire en temps réel, au fil de quatorze entretiens contemporains de la période de conception de l'œuvre. Lors de chaque entretien, l'ensemble des documents de travail de Leroux était photocopié, générant une archive extrêmement riche de la dynamique compositionnelle.

> Retour à la présentation générale

© 2010 - Ircam