Concevoir un programme de captation, suivi et traitement sonore du geste instrumental

Conclusion

La conception du patch s’inscrit au point de rencontre d’une compositrice, d’un chercheur en informatique musicale et d’un réalisateur en informatique musicale. Chaque acteur apporte des éléments existants : 

D'autre part, ces trois participants ont déjà travaillé ensemble pour l’œuvre BogenLied. Dans le cadre de ce projet de quatuor augmenté, il ont donc, dès le début, cherché à élargir leur périmètre de travail : 

Ce nouveau projet pour ce collectif déjà constitué est donc l'occasion d'essayer de nouvelles méthodes de travail ou peu habituelles, mis en place par l'équipe même :

Le choix du suivi de geste par opposition à la reconnaissance de geste selon la manière de l’évoquer par la compositrice va de pair avec l’envie de ce groupe de travail. La compositrice veut essayer autre chose que sur BogenLied et le chercheur en informatique musicale est intéressé à développer cette possibilité dans sa librairie informatique MnM.

Mais cette opposition suivi / reconnaissance faite par la compositrice ne va pas de soi. Les possibilités de suivi de geste et de reconnaissance de geste, ainsi que toute la palette de possible entre ces deux extrémités de la notion de geste, peuvent ouvrir un vaste champ de recherche musicale et technique. Mais il fallait avant cela travailler la notion de suivi de geste, ce qui a été fait dans ce projet, en complément de la reconnaissance de geste, ce qui avait été fait dans le projet précédant.

Du côté du follower, il semble que Frédéric Bevilacqua ait intégré quelques fonctions allant dans le sens de la non opposition stricte entre suivi et reconnaissance, notamment par la possibilité fonctionnelle dans le patch de calcul de distance parmi plusieurs modèles comparés (ce qui est clairement un intermédiaire entre suivi et reconnaissance).

[[ idée que pour le suivi, il faut avoir un modèle enregistré dans la machine et que finalement, fred travail a ça, même si pas utilisé pendant concert)

Pour arriver au patch final, il faut, tout du moins dans la phase de recherche, améliorer des fonctionnalités du patch qui ne seront pas utilisé en concert, comme par exemple la relecture des différents formats de données enregistrées pendant les séances.

Notons cependant que la relecture des données est inhérente à la technique de réalisation du suivi de geste qui a été utilisé puisqu'il s'agit, au final, dans le patch du concert, de faire recaler par la machine un enregistrement des capteurs de geste et du son à ces mêmes données issues d'une exécution live.

]]