Concevoir un programme de captation, suivi et traitement sonore du geste instrumental

Origine du Suivi de geste

Lors de la réunion inaugurale, le 6 février 2007, pour ce moment d'initiation des interviewers au projet, il a été beaucoup question de Bogenlied, œuvre à laquelle Frédéric Bevilacqua et Serge Lemouton avaient participé, occupant les mêmes fonctions. Cette œuvre avait été créée par Anne Mercier, violoniste spécialisée dans le répertoire contemporain (donc susceptible de s’ajuster au dispositif électronique dans un temps bref). C’est un quatuor plus généraliste, le quatuor Danel, qui interprétera la nouvelle œuvre de Florence Baschet. Le temps de production a été établi en regard de cela.

Frédéric Bevilacqua : Au moment où on a parlé de faire le quatuor, on s’est mis d’accord sur la nécessité d’une phase exploratoire de 9 mois, et seulement ensuite la production de Septembre [2007] à Mars [2008].
Entretien inaugural - 6 février 2007

Dans cette réunion inaugurale, il est déjà fait état de l’envie trois acteurs principaux du projet de réitérer la même démarche de conception pour le développement de l’application informatique et l’écriture de la partition, mais dans un cadre plus large et formalisé et dans un temps plus long ; Bogenlied avait été réalisée en 7 jours.

Florence Baschet : (…) Je ne me serais pas lancée dans un quatuor augmenté en 6 mois comme ça, alors qu’on ne savait même pas si on était capables de recevoir les données de quatre capteurs en même temps !
Entretien inaugural - 6 février 2007

Le suivi de geste initial provient du travail réalisé sur BogenLied, dont la compositrice commente l’origine : 

Florence Baschet, à Frédéric Bevilacqua : Je vous ai demandé est-ce que je pourrais avoir une application en temps réel qui pourrait reconnaître [N.D.A. : les modes de jeu] ; c’était 3 semaines avant le concert, et Fred[éric Bevilacqua] tu ne pouvais pas savoir si cela pourrait marcher.
Entretien inaugural - 6 février 2007