Analyse Interpréter

Interpréter

ou l'intervention des instrumentistes sur un texte

par Maÿlis Dupont (post-doc CNRS/Ircam)

publication éditée le 21 juillet 2009


 Planche n°2

Retranscription de la séquence observée
Documents complémentaires
Éléments d'analyse


V1 et V2 jouent une fois sans les machines, à partir du début de la section 2 (mesure 24). Ils s’interrompent mesures 39-40.


V2 : Alors là, je te comprends pas du tout !
Compositrice : Ouais, là, ça va plus vite, hein ! (elle fait entendre le métronome) un, deux, trois, (silence), deux, trois…
V1 : Excuse-moi.
V2 : On fait le 5/8, 3/8…
V1 : …5/8, 3/8 en 4 ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comp. : Y’a autre chose, mesure 27, [V1], le do-si… En fait, dans la version finale, la#-do sera croche, parce que, à 28, le do-si… est pas enchaîné.
V1 : Donc, tu veux dire, y’aura une croche et un demi-soupir ?
Comp. : En fait, on perd du temps à 28, sur le premier temps de...
V1 : Ah oui, je vais essayer de… d’en perdre moins !
Comp. : D’accord.
V1 : Je devrai forcément prendre un peu de temps, mais je le prendrai sur la note d’avant.
Comp. : Mais, dans la version finale, j’ai mis, le la#-do, le dernier temps de la mesure 27 serait une croche, comme ça je suis sûre que…
V1 : Ok. (Il annote sa partition.)

 

 

 

 

 

 

 

 

Comp. : Et, ce qui changera rien au geste, [V2], mes. 32, tu peux ne pas les faire harmoniques, si-fa...
V2 : Le premier ? (Il joue – mesure 39 ?)
Comp. : Non, non, 32 !
V2 essaie la mesure en question.
Comp. : C’est mieux quand c’est pas harmonique ?
V2 : Après, c’est le problème de la montée…
V2 essaie encore, se penche sur sa partition pour lire le deuxième groupe de notes : C’est sol…
V2 essaie encore.

V2 : Le problème de pas les faire en harmonique…
V2 essaie plusieurs fois à nouveau.
Comp. : Moi, je préfère non harmonique, sinon j’entends le son grave.
V2 : Ouais, mais le problème… (il joue) c’est pour après… (il joue, notamment la montée)
Comp. : Ouais, je sais.
V2 continue à essayer.
Comp. : Moi, je préfère non harmonique, mais est-ce que tu as le temps après de…
V2 : Moi… (il joue) je rattrape après.
Comp. :
Ça fait trop démancher ?
V2 en train de jouer n’a pas entendu.
V2 : Quoi ?
Comp. :
Ça fait trop démancher pour enchaîner 32, 33 ?
V2 : Mais si je te fais ça, est-ce que ça te va ? (il joue)
Comp. : Non.
Comp. s’approche de V2, se met derrière son pupitre.
V2 : Non, ok. Alors… (il joue)
V2 : C’est pour l’attraper que c’est long. (il joue)
Comp. se penche sur sa partition.
V2 : C’est pas ça, c’est l’attraper…
Comp. : Moi, ce que je peux faire, c’est quand tu arrives là
V2 : Non, ça, c’est bon.

Comp. : Si tu le fais pas harmonique ? C’est bon ?
V2 : De toute manière.

Moi, en fait, le problème, c’est de le faire sonner… (il joue)
V2 : Tu vois… (il joue) C’est embêtant, ça ! (il joue encore)

Comp. : Vise que le ré. Voilà. Tu vises que la partie du haut, ré - fa#.
V2 acquiesce et réessaie.
Comp. : Voilà. Voilà. Ben, sinon, prends que le sol alors. Fais si - fa# - sol. Tu fais entendre comme valeurs si - sol.
V2 (après avoir rejoué) : Il est vraiment… C’est vraiment un problème avec l’appui de l’archet, la note qui change.
Comp. va rechercher sa partition, V2 essaie à nouveau.
V2 : J’ai vraiment quasiment rien.
Comp. : Je sais.
V2 essaie encore.
V2 : Et ça ?
Comp. : Ouais !
V2 rejoue de cette façon.
Comp. : Ouais.
V2 : Faudrait que je le retravaille, mais
Comp. : D’accord. D’accord, alors je vire l’harmonique…
V2 rejoue.
V2 : Ça, ça va aller.
Comp. : D’accord ! Super !

V2 : Je te garantis pas de réussir à tous les coups maintenant…
V2 annote sa partition.
Comp. : Non, non, mais il faut que ça sonne, je vois bien que ça sonne pas sinon… et j’ai vraiment besoin de toi à ce moment-là.
V2 : C’est vrai qu’il est… assez embêtant celui-là.
V2 joue encore.
Comp. : Vous y êtes les garçons ? C’est bon ?
V2 joue encore.
Comp. : Ok ?
V1 : Ok. On refait ça ?
Comp. (à l’équipe technique) : Alors, on reprend avec vous ?


<p>Partition originale 1, mes. 37-41 (violons 1 et  2)</p> Doc 1 : Partition originale 1, mes. 37-41 (V1 et V2)
Doc 1 : Partition originale 1, mes. 37-41 (V1 et V2)
<p>Partition originale 1, mes. 37-41 (violons 1 et  2)</p>

<p>Partition du violon 1, mes. 37-41 (violons 1 et 2)</p> A 1 : Partition du violon 1, mes. 37-41 (V1 et V2)
A 1 : Partition du violon 1, mes. 37-41 (V1 et V2)
<p>Partition du violon 1, mes. 37-41 (violons 1 et 2)</p>

Doc 3 : Partition originale 1, mes. 27-28 (V1)
Doc 3 : Partition originale 1, mes. 27-28 (V1)

Doc 4 : Partition originale 2, mes. 27-28 (V1)
Doc 4 : Partition originale 2, mes. 27-28 (V1)

Doc 5 : Partition du violon 1, mes. 27-28 (V1)
Doc 5 : Partition du violon 1, mes. 27-28 (V1)

Doc 6 : Partition originale 1, mes. 32 (V2)
Doc 6 : Partition originale 1, mes. 32 (V2)

Doc 7 : Partition originale 1, mes. 32-33 (V2)
Doc 7 : Partition originale 1, mes. 32-33 (V2)

<p>extrait vid&eacute;o B, TC 3&rsquo;36 - 3&rsquo;42</p> Doc 8 : extrait vidéo B, TC 3’36 - 3’42
Doc 8 : extrait vidéo B, TC 3’36 - 3’42

Doc 9 : capture d'image Vidéo B (TC 4'02) et extrait de la partition du V2 (mes. 33)
Doc 9 : capture d'image Vidéo B (TC 4'02) et extrait de la partition du V2 (mes. 33)

<p>Vid&eacute;o B, TC 4&rsquo;05 - 4&rsquo;28</p> Doc 10 : extrait vidéo B, TC 4’05 - 4’28
Doc 10 : extrait vidéo B, TC 4’05 - 4’28

<p>Vid&eacute;o B, TC 5&rsquo;20 - 5&rsquo;36</p> Doc 11 : extrait vidéo B, TC 5’20 - 5’36
Doc 11 : extrait vidéo B, TC 5’20 - 5’36

Doc 12 : Partition du violon 2, mes. 32 (V2)
Doc 12 : Partition du violon 2, mes. 32 (V2)

Doc 13 : Partition originale 2, mes. 32 (V2)
Doc 13 : Partition originale 2, mes. 32 (V2)


Les deux instrumentistes ont joué et se sont arrêtés. Ce qui donne l’occasion à la compositrice de revenir sur deux mesures problématiques, mesures 27 et 28, plus exactement sur l’enchaînement de ces deux mesures. La compositrice : « En fait, on perd du temps à 28, sur le premier temps… ». Le problème ne date pas de cette séance, comme en témoigne la solution qu’elle a d’ores et déjà imaginée : « Dans la version finale, j’ai mis le la dièse - do… le dernier temps de la mesure 27 serait une croche ». Le la dièse - do, noire pointée reliée à une noire dans la version de la partition utilisée cette séance (Doc 3), devient une noire pointée reliée à une croche dans la version suivante (Doc 4). « Comme ça, je suis sûre… »

Une telle réécriture est suscitée par la manière de jouer de l’instrumentiste. La compositrice réagit à l’interprétation que le violon 1 fait des signes : elle les corrige ou les précise en conséquence. C’est une nouvelle forme d’intervention des instrumentistes sur le texte. On la qualifiera de fortuite, car si elle est suscitée par la performance effective et réitérée du violon 1, il n’en est qu’indirectement l’auteur.

 



Le dernier problème posé dans cette séquence a trait à la mesure 32. La compositrice, prenant manifestement acte d’une difficulté rencontrée par le violon 2, lui propose un aménagement du texte : « Tu peux ne pas les faire en harmoniques, [les deux premières notes], sifa… ». La solution ne convient pas au violon 2, qui la décline et suggère un autre aménagement : « Mais si je te fais ça, est-ce que ça te va ? ». On notera qu’il n’explicite pas verbalement la solution trouvée, mais qu’il l’expose en la jouant. La compositrice la rejette à son tour. La négociation autour de cette mesure se poursuit donc, qui mêle propositions verbales et / ou instrumentales, selon le mode privilégié par chacun :

Le violon 2 joue. La compositrice : « Voilà, tu vises que la partie du haut, - fa dièse ».

La compositrice : « Ben, sinon, prends que le sol alors » (autrement dit : ne joue pas le , note supérieure du troisième accord).

C’est sur une proposition de l’instrumentiste qui se clôt finalement la négociation :

Le violon 2 : « Et ça ? » Il joue. La compositrice : « Ouais, d’accord ! »

Cette proposition, instrumentale d’abord, est traduite dans le texte. Le violon 2 annote sa partition, il supprime notamment le mode de jeu harmonique (signalé par un cercle au-dessus de chaque note) dans toute la mesure (Doc 12). La compositrice, prenant acte de ces annotations et, plus généralement, de la solution trouvée par la négociation, livre une nouvelle version du texte la session suivante (Doc 13).

 



Les verbalisations sont elliptiques. Elles manifestent à tout le moins un désaccord, une mésentente entre le violon 1 et le violon 2, qui les oblige à interrompre leur jeu. A la faveur de quoi, l’attention est attirée sur un type d’interventions des instrumentistes sur le texte.

Le violon 2 : « On fait le 5/8, 3/8… » Le violon 1 : « … 5/8, 3/8 en 4 ? »

Le rapprochement du texte original (Doc 1) et du texte annoté par le violon 1 (A 1) rend évidente l’intervention. Les deux instrumentistes ont réécrit les mesures 38, 39 et 40 : pensées par la compositrice comme un 5/8 (mesure à 5 temps, une croche par temps), un 3/8 (trois temps, une croche par temps) et un 6/8 (six temps, une croche par temps), ces mesures sont devenues sous leur plume un 4/4 (mesure à quatre temps, une noire par temps) et un 3/4 (trois temps, une noire par temps). Les nouveaux temps sont indiqués par des traits verticaux faits à la main sur la partition du violon 1. Modification d’une carrure et, de là, de la compréhension d’un motif ou d’une ligne, cette intervention porte sur un détail. C’est probablement ce qui la rend possible, ce qui explique que, rendue manifeste, elle ne soulève pas d’opposition de la part de la compositrice.

 

                                            

(c) 2009 - IRCAM