Parcours exploratoire dans Concerto d'Elvio Cipollone

Retour accueil

Principaux types de sons électroniques

 

Avant de consulter l'exploration complète de la pièce dans Parcours dans Concerto, voici dans cet inventaire quelques renseignements préalables utiles concernant les principaux types de sons électroniques identifiés.

 

Inventaire pour LA PARTIE ELECTRONIQUE : Principaux types de sons électroniques

 

1) Classification auditive

Certains types de sons électroniques reviennent fréquemment durant la pièce. Il est possible d’établir des liens de familiarité entre les sons grâce aux aspects de similarité détectés auditivement (d’après une certaine proximité typologique). Ils sont utilisés comme matériaux de base, variables dans leur morphologie.

Rappelons nous la distinction morphologie/typologie faite par Pierre Schaeffer dans son solfège de l’objet sonore, pour introduire son 7e thème, intitulé « Morphologie des objets sonores » :
« Décrire un objet c’est parler de sa forme,
 le confronter à d’autres c’est définir son type. »
SCHAEFFER, Pierre, Traité des objets musicaux, Essai Interdisciplines, Paris, Seuil, 1966, enregistrement sonore sur cassette audio, Editions Ina GRM (1983), Harmonia Mundi.

 

 
On peut en lister les principaux, et observer leur aperçu spectral général :

- Le type de son dit « suspendu » :

Son suspendu

 

- Le type de son dit « scintillant » :

son scintillant a

ou encore :

son scintillant b

 

- Le type de son dit « sons d’ordinateur » :

sons d'ordinateur

 

- Le type de son dit « pluie virtuelle » :

son pluie virtuelle

Note : ces sons sont notés par des gouttes de pluie par le compositeur dans la partition.


-Le type de son dit « soufflé » :

son soufflé

 

- Le type de son dit « bruit »

Il n'y a pas d'image significative possible pour ce type de son puisqu'il s'agit de bruits assez indéfinis, même s'il présentent le point commun d'être assez animés.

 

Ecoutons chaque type de son avec une illustration sonore tirée de la pièce.

 

2) Tableau synthétique

Type de son
Et exemple sonore représentatif

Description du type de son

Symbole rajouté dans la video annotée

« Son suspendu »

 


Son suspendu


Son harmonique tenu (une ou deux fréquences fondamentales seulement), souvent présent dans le registre aigu.


Nombreuses apparitions ponctuelles au cours du 3e mouvement.

Parfois signifiés par rectangles vides cerclés de bleu clair

« Son scintillant »

 

 
son scintillant a
 
 

Sons à la texture comme métallique et résonnant dans le registre médium.

Prennent parfois la forme de traits noirs

« Sons d’ordinateur »

 

 

sons d'ordinateur


Sons brefs et répétés à de multiples hauteurs différentes formant un fourmillement.

Rectangles bleus

« Pluie virtuelle »

 

 

son pluie virtuelle

Courtes itérations bruiteuses.

(déjà indiquées par la compositeur dans la partition par des gouttes de pluie)

« Son soufflé »

 

 

son soufflé


Son rappelant le souffle, comme provenu d’un bruit blanc, contenant de nombreuses fréquences rapprochées.

Parfois notés par des rectangles de couleur

« Bruits indéfinis animés »

 

 

 

Sons proches de l’oreille, précis, proches des sons accidentels au sens de P. Schaeffer

Notes avec croix (comme pour la notation d’une percussion à hauteur indéterminée) notées par le compositeur dans la partition

Ces types de sons bien différenciés sont chacun déclinés en changeant légèrement de morphologie : ils peuvent parfois se conformer à certains aspects, tels que laisser des hauteurs transparaitre ou non, se dilater (durée longue) ou se concentrer (forme courte, déflagration) etc.

Par exemple, les sons dits suspendus et les sons dits scintillants se rapprochent plus ou moins de hauteurs reconnues (dans ce cas un rectangle bleu clair est indiqué dans l’annotation vidéo de la partition).

Son avec hauteur

 

D’autres fois, un type de son se condense dans une intervention brève et en forme d’attaque/résonance :

Son de déflagration

C’est souvent le cas du son dit « suspendu » (avec une texture métallique entendue par exemple de 00:54 à 00:56) et parfois le cas du son « soufflé » (par exemple de 02:19 à 02:21 et notamment durant la 8ème variation).

 

À la suite de l'inventaire pour chaque partie (instrumentale et électronique), leur relation complexe va être étudiée par une exploration chronologique des différents passages de l’œuvre, nommée Parcours dans Concerto. C’est une exploration complète de la pièce qui vous est maintenant proposée : le mode de présentation choisi vous permettra de mettre en rapport le contenu sonore de la pièce (découpés en 7 passages), le défilement de la partition musicale (enrichie d'annotations animées) et la consultation de documents reliés à la pièce : extraits sonores isolés ayant servi à la composition de la pièce, sonagrammes (parfois annotés), ou encore un extrait filmé de la répétition générale du concert de création.

(c) 2010 Ircam / Analyse des Pratiques Musicales