Parcours exploratoire dans Concerto d'Elvio Cipollone

Retour accueil

Présentation : partition et enregistrement de l'œuvre



Ecoute de la pièce

SON  "concertooriginal.mp3"


 


Fiche d’identité

Concerto pour cor de basset et électronique est une pièce mixte temps réel composée par Elvio Cipollone à l’Ircam (Paris), à Strasbourg et à Nogara (Italie) durant l’été 2006.
Un encadrement pédagogique a été assuré par Mikhail Malt afin d'assister le compositeur dans la création de la partie électronique.
L’écriture de la partition a été achevée le 3 septembre 2006.

La pièce finale a été créée dans le cadre d'un concert de fin de Cursus (promotion 2005-2006 du Cursus de composition et d'informatique musicale) le 14 octobre 2006 par le clarinettiste Alain Billard, à l’Espace de Projection de l’Ircam.

Voici la note de programme de la pièce :



Forme de la pièce

Comme le laisse présager le titre de Concerto, cette pièce est de forme tripartite.
La durée des mouvements est décroissante : le premier mouvement est le plus long (environ 4 minutes) et le dernier le plus court (environ 1 minute et 45 secondes).

L’évolution générale de chacun des mouvements peut être résumée comme suit :
Mouvement I : activité moyenne puis crescendo jusqu’au climax
Mouvement II : léger crescendo au début puis activité moyenne. Divisé en 2 sous-parties.
Mouvement III : activité moyenne puis decrescendo progressif jusqu’à la fin.

Durant cette pièce d’un peu plus de 9 minutes, les parties électronique et instrumentale se trouvent confrontées l’une à l’autre, dans des rapports allant de collaboratifs à concurrentiels.




Consultation de la partition

Nous donnons à lire ci-dessous l'intégralité de la partition (saisie par le compositeur) telle qu'au 3 septembre 2006.

Le cor de basset est un instrument transpositeur, les sons qu'il produit sont différents d’une quinte par rapport aux sons écrits ; c’est pourquoi les notes sur la partition sont écrites une quinte au-dessus de ce qui est réellement entendu.

Nota Bene : La partition comprend [une portée + une ligne] par système et il y a 2 systèmes dans chaque page : c’est la configuration choisie par le compositeur pour sa partition.
Sur la portée du bas est inscrite la partie instrumentale destinée à être jouée par l’interprète tandis que la ligne du haut est destinée à la description de la partie électronique (description qui a été effectuée à posteriori de l’acte de composition et non durant la période de composition). Ces deux portées sont destinées à être déchiffrées et lues par l’interprète. Durant l’exécution, l'instrumentiste joue la portée du bas en déclenchant la partie électronique aux moments indiqués par la présence de chiffres encadrés sur la portée du haut, et en suivant comme des repères les quelques signes qui y sont inscrits.


Page1


__________


page2

__________


page3

__________

page4


__________

page5

__________

 page6

__________

page7


__________

page8



__________

page9


__________

page10

__________

page11


__________

page12

__________

page13


__________

page14


__________

page15


__________

page16


__________

(c) 2010 Ircam / Analyse des Pratiques Musicales