Equipe Analyse des pratiques musicales

IRCAM Département Recherche & Développement / UMR 9912 CNRS

Parcours

J’ai obtenu la Laurea à l’Université de Padoue en 2000 avec une thèse reconstituant la scène musicale électroacoustique à Padoue dans la deuxième moitié du XX siècle (de Teresa Rampazzi à James Dashow, Luigi Nono, Salvatore Sciarrino, Marco Stroppa). La recherche était basée sur une documentation hétérogène (historique, informatique, orale, musicale) et a été publié dans le livre Vent’anni di musica elettronica all’università di Padova. Il centro di sonologia computazionale (sous la direction de Sergio Durante e Laura Zattra), Palermo, CIMS, Archivio Musiche del XX secolo, 2002.

Pendant le Doctorat (2000-2003) en Musique et Musicologie du XX siècle (Concepts et Langages, Sorbonne-Paris IV, directeur de thèse : Prof. Marc Battier) et en Sciences de la Musique (Université de Trento, directeur de thèse : Rossana Dalmonte), j’ai développé un intérêt pour le problème de l’analyse de la musique électroacoustique qui souvent ne présente aucune partition au sens traditionnel, et établie la nécessité, de la part du musicologue, de connaître les techniques informatiques de production musicale, en particulier envers les partitions des données, en contraste avec le domaine de l’analyse à l’écoute. La thèse de doctorat étudiait le rapport art-technologie, unifiant deux méthodologie d’analyse et créant un parcours qui de l’analyse à l’écoute va jusqu’à l’analyse des données informatiques. L’analyse de six travaux réalisés au CSC (Centro di Sonologia Computazionale) de Padoue et à l’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique), pendant la période 1975-1985, et surtout leur comparaison, avec un algorithme qui calcule le degré de développement du logiciel, a permis de repérer des tendances compositionnelles dans l’approche de la musique informatique, tant technologigue qu’esthétique.

J’ai obtenu une bourse post-doctorale à l’Université de Padoue (Dép. des Arts Visuels et de la Musique) de 2004 à 2006, qui m’a permis de développer une recherche sur la nécessité de baser l’étude de la musique à l’ordinateur sur l’analyse des sources et donc de repenser la philologie de la musique à la lumière des caractéristiques de cette musique (partitions et sources analogiques, numériques, traditionnelles, textes mentales, esquisses). Un des résultats a été l’article ''The Assembling of Stria by John Chowning: A Philological Investigation'', Computer Music Journal ("The Reconstruction of Stria"), 31:3, pp.38-64, Fall 2007, MIT Press, qui a été le deuxième article le plus téléchargé dans la période 2007-juillet 2008. Et le livre : Studiare la computer music. definizioni, analisi, fonti, Libreriauniversitaria.it ed., 2011.

Je m’occupe depuis plusieurs années de la compositrice Teresa Rampazzi, pionnier de la musique électronique en Italie (catalogue des documents déposés auprès du Dép. des Arts Visuels et de la Musique, articles sur l’activité de la compositrice, publication et mis à jour du site http://www.teresarampazzi.it/, depuis juin 2006) et j’ai obtenu des contrats de recherche à l’Université de Padoue (Département des arts visuels et de la musique), pour un projet sur les compositrices Teresa Rampazzi e Renata Zatti qui associait l’approche musicologique à l’ethnographique (un des résultats à été le livre Musica e famiglia. L'avventura artistica di Renata Zatti, Padova, Cleup, 2010). Avec le projet “COEM : Cooperative Electroacoustic Music », j’ai ensuite développé l’étude des pratiques collaboratives dans la musique électroacoustique.

J’ai contribué au projet EARS – ElectroAcoustic Resource Site http://www.ears.dmu.ac.uk/ du MTI, Music Technology and Innovation - De Monfort University, de  2007 à 2009 pour l’écriture de la bibliographie et du glossaire italiens. Depuis 2009, j’ai établi une collaboration avec l’Université de Calgary, CA (SSHRC grant, www.ucalgary.ca) pour l’étude d’une œuvre avec Live Electronics de Luigi Nono (réf. Friedemann Sallis).

Mes analyses sont fondées sur des méthodes combinant approche philologique, génétique, ethnographique et lecture des codes informatiques (surtout des programmes Music). Elles ont examiné jusqu'à aujourd'hui les œuvres des compositeurs John Chowning, Agostino Di Scipio, Mauro Graziani, Jonathan Harvey, York Hoeller, Wolfgang Motz, Luigi Nono, Angelo Paccagnini, Fausto Razzi, Jean-Claude Risset, Salvatore Sciarrino.

Axes de recherche principals

  • Histoire de la musique,
  • Musique du XX et XXIème siècle,
  • Analyse de la musique électroacoustique,
  • Philologie de la musique,
  • Musicologie historique,
  • Lutherie vs. Composition,
  • Histoire des laboratoires de musique électroacoustique,
  • Pionniers de la musique électroacoustique,
  • Archives de la musique du XX siècle,
  • Compositrices du XX-XXIè siècle,
  • Musiques non écrites (sound art, musique électronique),
  • Pédagogie de la musique (surtout en utilisant la musique contemporaine).

Contribution à l'histoire des interactions arts/science: l'émergence de la réalisation en informatique musicale

Au point de jonction entre art, science et technologie, une profession artistique nouvelle est apparue en Europe et aux Etats-Unis au siècle dernier, celle du « réalisateur en informatique musicale » (longtemps connu sous le nom d’« assistant musical »), c’est-à-dire le plus proche collaborateur d’un compositeur accueilli en résidence dans un laboratoire de recherche ou un studio de création pour y créer une œuvre utilisant des ressources technologiques et informatiques. C’est l’IRCAM qui, dès ses premières années d’activité (l’Institut ouvre en 1977), semble avoir officialisé cette fonction spécifique. Malgré la présence continuelle de ce métier dans l’histoire de la production musicale utilisant l'informatique, les témoignages et les études musicologiques restent excessivement rares.

L’objectif de ce projet (chercheuse invitée CNRS INS2I, juin - octobre 2012) a été de jeter les bases d’une étude musicologique approfondie de l’émergence de cette pratique artistique collaborative et de sa concrétisation socioprofessionnelle. Cette étude exploratoire a eu le but de repérer en archive, dans des documents inédits, administratifs et officiels, les traces du développement de cette fonction à l’intérieur de la chaîne de production artistique. De là, j'ai commencé une enquête qui se situe à la croisée des expertises musicologiques et socio-ethnographique. Il s’agissait d’une part d’interviewer les témoins de l’époque historique de la computer music et d’aujourd’hui (car l’essentiel des savoir-faire concernés sont de tradition orale), mais aussi de comparer les produits de leur recherche musicale-artistique-technologique pour trouver des axes structurants qui apparaissent définir la profession. Le projet continue d'évoluer.

L’enjeu n’est pas seulement de combler une lacune béante dans la musicologie des avant-gardes du XXe siècle, mais aussi de contribuer au développement en France d’un champ de recherche actuellement en expansion à l’échelle internationale, celui de la préservation du patrimoine numérique et culturel des studios de recherche et de création: documenter les intentions créatrices et les savoir faire associés à l’instrumentarium électronique du passé, c’est rendre possible la réécriture des programmes informatiques associés aux partitions de cette époque – et, de là, la perspective de rejouer des œuvres dont une part est devenue indéchiffrable du fait de l’obsolescence technologique. Se pose alors une série de questions méthodologiques: le problème des sources et de la documentation lacunaire qui doit être étudié en collaboration avec les protagonistes; l’histoire orale avec ses questions et ses méthodologies (le défi étant d’élaborer une méthodologie fonctionnelle qui puisse être adaptable aux différentes situations d’entretien mais suffisamment contrôlée pour générer des données cumulables); l’histoire de vie; la comparaison des résultats provenant d’autres recherche ethnographiques sur des professions artistiques similaires ayant obtenu une reconnaissance officielle.

  • L.Zattra, "Les origines du nom de RIM (Réalisateur en informatique musicale)", in Actes des Journées d'Informatique Musicale (JIM 2013), Saint-Denis, 2013, pp. 113-120.
  • L.Zattra, "Qui est le Réalisateur en informatique musicale? Méthodologie pour étudier la figure du RIM", Conférence donnée dans le cadre de la Journée d'étude Approches Ethno/musicologiques des processus de création musicale, INHA Auditorium, dans le cadre du LabEx Créations Arts Patrimoine (Organisation: Nicolas Donin - Emmanuelle Olivier), 12-13 septembre 2013.
  • L.Zattra, "Le RIM - Réalisateur en Informatique Musicale: émergence d'une profession", participation au colloque Tracking the creative process in music, Montréal, 10-12 octobre 2013.
  • L.Zattra, « Réalisateur en informatique musicale : émergence d’une profession », EHESS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale, 10 h à 12 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), 2014.
  • L.Zattra, “Collaboration in Computer Music. An analysis of the role played by Musical Assistants obtained through semi-structured interviews”, Tracking the creative process in music, Paris, 8-9 October 2015.
  • L. Zattra, “Philology and Oral History: The Story of Computer Research in Luigi Nono’s Prometeo. Tragedia dell’Ascolto (1981–5)”, Conference: Utopian Listening. A Workshop on Luigi Nono’s Late Electroacoustic Works. Technologies, Aesthetics, Histories, Futures, Tufts University , in Partnership with Harvard University • March 23–26, 2016.
  • L. Zattra, “Collaboration and Musical Assistants at IRCAM, CCRMA, and CSC”, Conference : Alternative Histories of Electronic Music, London, Science Museum Research Centre, 14-15 April 2016,https://ahem2016.wordpress.com/.
  • L.Zattra, Nicolas Donin, "A questionnaire-based investigation of the skills and roles of Computer Music Designers", Musicae Sciantiae, Special Issue Tracking the Creative Process in Music, September 2016, Vol 20, no. 3, pp. 436-456.
  • L.Zattra, “Collaborating on composition: The role of the musical assistant at IRCAM, CCRMA and CSC”, in Live-Electronic Music. Composition, Performance and Study, Friedemann Sallis, Laura Zattra, Ian Burleigh, Routledge, 2017.
  • L.Zattra, Alvise Vidolin interviewed by Laura Zattra: The interaction between performers and composers”,in Live-Electronic Music. Composition, Performance and Study, Friedemann Sallis, Laura Zattra, Ian Burleigh, Routledge, 2017.

Autres travaux au sein de l'équipe

Redaction d’une analyse interactive de Stria de John Chowning, qui présente la reconstitution du processus créateur: http://brahms.ircam.fr/analyses/Stria/ (parution Septembre 2016)

Dans le cadre du projet Musicologie des technique de compositions contemporaines (http://apm.ircam.fr/mutec/): Analyse génétique de l’œuvre A Pierre de Luigi Nono, apparue dans Laura Zattra, Ian Burleugh and Friedemann Sallis, “Studying Luigi Nono’s A Pierre. Dell’azzurro silenzio, inquietum (1985) as a performance event”, Contemporary Music Review, vol. 30, part 5 (Nicolas Donin, ed.), 2011, pp. 411-440.

L. Zattra (2015), “Génétiques de la computer music”, dans Genèses Musicales, Nicolas, Donin, Almuth Grésillon, Jean-Louis Lebrave (eds.), Presses universitaires de Paris Sorbonne, pp. 213-238.

Enseignement et encadrement de recherche

Contrats d’enseignement à l’Université de Padoue depuis 2005 (Séminaires d’analyse musicale, philologie musicale, histoire de la musique moderne et contemporaine, laboratoire d’histoire de la musique électroacoustique, Fondements et didactique de la musique, laboratoire d’écoute à la faculté de Sciences de la formation primaire).

"Cultore della Materia" (habilitation italienne a diriger des thèses, au support didactique et aux examens) à l'Université de Padoue, depuis 2005.

Conférences invitées à: Computer Art Festival, Padova (2002), Université de la Sorbonne – Paris IV MINT – Musicologie, informatique et nouvelle tecnologie (2003 ; 2005), Casa della Musica – Parma (2004 ; 2005 ; 2006), SMC05 – Sound and music computing Palermo (2005), Universität Leipzig – Institut für Musikwissenschaft (2007), Calgary University (CA, Prof. Friedmann Sallis) and McGill University (CA, Prof. Christoph Neidhoefer) : videoconference (2007), Conservatorio di Novara (2008), Conservatorio di Santa Cecilia - Università di Roma “Tor Vergata”, Roma (2008 ; 2009), Fondazione Cini, Venezia (2009), DEI Ingegneria Informatica, Padova (2009), Archivio Luigi Nono (2009 ; 2011), Université de Paris-Est, Equipe LISAA, Cité de la Musique (2009), Telecom Future Centre – Venezia (2009), MINT-OMF / INA-GRM Maison de Radio France (2009), MUTEC APM Ircam (2010), Università di Torino / Conservatorio di Torino (2012), PARIS VIII "Musique et écologie du son" (2013), EHESS Paris, Laboratoire “Création Arts Patrimoines” (2013), EHESS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociale (2014), Padova Centro Culturale Altinate/San Gaetano (2014), Université de Bordeaux (LaBRI) / Institut Polytechnique de Bordeaux (ENSEIRB-MATMECA) (2014), Tufts University , in Partnership with Harvard University (2016).

Organisation de séminaires et colloques

Membre du Comité Scientifique AIMI, Associazione di Informatica Musicale Italiana (2003-aujourd’hui); trésorier  (2003-2006). 

Membre du comité scientifique de la revue “Visioni del suono” ; Reviewer MINT (Musicologie, Informatique et nouvelles technologies) – OMF (Observatoire Musical Français) (Sorbonne-ParisIV), SMC Sound and Music Computing, CIM Colloquio di Informatica Musicale ; Membre EMS – Electroacoustic Music Studies Network. 

Organisatrice du Colloque : “Presenza storica di Luigi Nono – Historical presence of Luigi Nono” – 1, 2 Décembre 2006, Università di Padova – Dipartimento di Storia delle Arti Visive e della Musica (en collaboration avec l’Archivio Luigi Nono, Venezia)

Co-organisatrice du Colloque “Teresa Rampazzi. La musica ben calcolata“, general chair and scientific commitee, June 2011, Università di Padova, Conservatorio di Padova.

Co-organisatrice de l’exposition “Visioni del Suono”, Università di Padova et Centro di Ateneo per i Musei,  2012. http://www.musei.unipd.it/visionisuono/

Co-organisatrice du Workshop NUFEST, Laboratorio di Storia e Tecniche della Musica elettroacutica, DAMS, Università degli Studi di Padova, Veneto Jazz (2009; 2010, 2011, 2013, 2014). 

Publications

Pour consulter la bibliographie détaillée, voir http://lazattra.wordpress.com/about/publications/

http://lazattra.wordpress.com/

Laura Zattra

Mes recherches portent principalement sur l’histoire, la philologie et l’analyse des processus de création de la musique électroacoustique. Je m’intéresse ainsi à l’étude des textes produits pendant la genèse d’une œuvre (théorisation des typologies de texte dans la computer music), avec un intérêt particulier pour la recherche dans les archives privées et institutionnelles. Cet intérêt, et la réflexion sur les dynamiques de production de cette musique (notamment sur la collaboration entre les agents humains), m’ont conduit à ouvrir ma recherche pour les méthodologies de l’histoire orale, la sociologique et l’ethnographie. C’est à travers la combinaison de ces approches que j’ai conduit des recherche sur l'interaction musique-science-technologie à l'Ircam et au CSC (Padoue), sur les compositeurs John Chowning et Luigi Nono, entre autres, sur les compositrices Teresa Rampazzi et Renata Zatti et sur les Réalisateurs en Informatique Musicale (Computer Music Designers).

 

© 2010 - Ircam