Equipe Analyse des pratiques musicales

IRCAM Département Recherche & Développement / UMR 9912 CNRS

Mars 2005, en suivant une page du journal de composition

Du 16/03/05 au 31/03/05
Extrait du journal de composition

2005-03-25

Journal de composition


  • Place des chanteurs à chaque Mouvement
  • Spatialisation instrumentale des lettres dans les intermèdes
  • Filtrage de fragments vocaux pour I

Extrait vidéo de l'entretien

Transcription

25/03/05
Le lendemain [25/03], « la place des chanteurs à chaque mouvement », là, je ma pose des questions sur ça. [feuillette] « Elements scénographiques » [feuille du même nom], « 18/03 » : ça, j’ai oublié, c’était/ enfin bref. Là, l’idée c’est qu’à chaque mouvement va correspondre une place des chanteurs – c’est de la pure scénographie – qui va suivre en fait la lettre associée. Les chanteurs, à chaque mouvement, vont changer de position, vont se mettre selon un grand A, selon un S, etc., et que la lumière et la vidéo vont suivre cette spatialisation instrumentale des lettres. Des petites idées aussi : ça, par exemple, « chanteurs devant les gongs dans le 3ème mouvement » – c’est ce qu’avait fait Donatienne que je vais re-utiliser – et là, c’est une petit essai mais quand j’ai fait le petit report avec la prise de son de Montréal, c’est une prise de son où il y a du vent en fait – vous savez, le vent qui passe sous les portes – et j’ai simplement envie que les chanteurs accompagnent ce vent en soufflant comme ça [imitation] et à un moment, peut-être, que même ils fassent comme s’ils soufflaient sur les gens, une image comme ça. Donc, la position des chanteurs à chaque mouvement [agenda 25/03] et puis, ça m’amène à d’autres choses, par exemple à me dire que, dans les intermèdes, je vais spatialiser instrumentalement les lettres, et aussi les prises de son, c’est-à-dire/ [prend liste « spatialisation » en la recouvrant partiellement par liste « éléments scénographiques »] (Il va falloir que je m’arrête après) …c’est-à-dire que/ C’est quelque chose que j’avais fait dans la fin d’une pièce d’orchestre Plus loin. A la toute fin de la pièce, on a vraiment un son, qui est une trajectoire d’ailleurs, un son qui glisse, qui traverse l’orchestre comme ça et qui dessine – bon, il n’y a pas de lettres dans cette pièce là – toute une trajectoire. Il part d’une contrebasse, il va vers le violoncelle, il vient vers les premiers violons, il passe par les flûtes, etc., et il finit au loin vers la timbale puis part dans le fond comme ça. Là, l’idée c’est de spatialiser, dans les intermèdes, de prendre la lettre associée au mouvement précédent sans doute ou au mouvement suivant, je ne sais pas, je vais voir, et puis qu’il y ait une spatialisation instrumentale de cette lettre de la même façon – donc, on va entendre le début du A, par exemple, par la gauche de la scène, le violoncelle ou le violon, etc. – et aussi de la prise de son, là, avec une spatialisation/
Où sont les instrumentistes ?
Pour le moment, je n’ai pas trop évolué là-dessus, je pense qu’ils vont rester dans cette forme-là [schéma ‘l’ minuscule daté de décembre 2004, à gauche sur la feuille « spatialisation »].
Plutôt, alors, où sont les chanteurs ?
Je ne sais pas, ça reste à définir. Cela peut être ça, ça peut être ça [montre des parties de la lettre « l »], il va falloir que je réfléchisse à ça. On va voir ! Si je vois que ça ne fonctionne pas, j’abandonnerai. Je ne suis pas têtu à ce point-là/ [Agenda 25/03] « filtrage des fragments vocaux pour I » : je continue sur ce filtrage des fragments vocaux. En fait, cela m’a pris plein de temps, ce truc-là !

© 2010 - Ircam