Equipe Analyse des pratiques musicales

IRCAM Département Recherche & Développement / UMR 9912 CNRS

L'investigation porte sur des manières d’écouter singulières, situées techniquement, dynamiques, et pouvant donner lieu à explicitation. On s’intéresse donc à la façon dont tel musicien écoute tel ou tel répertoire, dont tel mélomane écoute telle ou telle version discographique d’une œuvre, dont tel musicologue écoute telle partition qu’il analyse, etc. Cette écoute sera dite « signée » au sens où l’auditeur est en quelque sorte auteur de son écoute : il peut revendiquer comme sienne la façon dont il articule un corpus écouté, une situation d’écoute, des instruments et procédures (plus ou moins stables) d’appréhension musicale, enfin une trajectoire individuelle d’auditeur. De cette singularité, il s’agira pourtant de rendre accessible certains aspects par l’intermédiaire d’animations interactives visant à renouveler et enrichir l’écoute de celui qui les consultera.

L’explicitation peut se faire de façons variées, comme en témoignent le déroulement des projets listés ci-dessous. Ce peut être par des réunions de travail avec les écouteurs ainsi qualifiés, par des réunions de ce genre en relation avec des études empiriques de l’activité de composition, de l’activité d’interprétation ou d’activités d’écoute attentive de toutes sortes, etc. Le travail initial et informel d’explicitation prend forme à travers le processus de maquettage multimédia, qui apporte à la fois des limitations et des possibles technologiques : il s’agit alors, soit de reproduire une opération, une manipulation, une représentation propre à la pratique d’écoute considérée ; soit de concevoir un outil qui puisse s’insérer écologiquement, comme un élément (informatique) parmi d’autres (non informatiques), dans cette pratique d’écoute.

Cliquez sur les différents liens ci-dessous pour consulter les principales « écoutes signées » réalisées entre 2003 et 2006.

Andrea Cera écoute Aphex Twin

Philippe Leroux écoute Voi(rex)
(également accessible depuis Le projet Voi(rex) / Apocalypsis)

La « Bachothèque »

Annotations d’une page de Webern

Essais inachevés

Les maquettes peuvent être non fonctionnelles (simple représentation), partiellement fonctionnelles, ou entièrement fonctionnelles (mais non nécessairement génériques). Au terme de ce processus, il est possible d’évaluer quelles opérations musicales y sont principalement en jeu et, éventuellement, si elles sont communes à d’autres pratiques d’écoute repérées. Les points communs n’apparaissent qu’à un certain degré d’abstraction dans la mesure où sont le plus souvent considérées des pratiques instrumentées et situées, saisies sous un angle donné et à un moment donné. Les conclusions dégagées de l’analyse rétrospective d’une ou plusieurs maquettes permettent non seulement d’en tirer des connaissances sur les pratiques d’écoute et d’analyse de la musique, mais aussi de faire évoluer techniquement les dispositifs ainsi imaginés vers un prototype d’outil d’aide à l’écoute ou à l’analyse musicale, et/ou un guide d’écoute suivant tel point de vue d’un auditeur qualifié. Dans le premier cas, cela signifie la reprise de ce travail par d’autres ou en collaboration avec d’autres (dans le cadre de projets tels que Musique Lab ou SemanticHifi) ; dans le deuxième cas, cela signifie une finalisation et lorsque cela est possible, une publication hypermédia en ligne et/ou sur support. Cette dernière piste a été suivie dans le cadre du projet Voi(rex) / Apocalypsis et du projet Parcours interactifs.

Trois projets issus des « écoutes signées » se sont développés de façon autonome entre 2005 et 2008 :

Références des publications et interventions

Compte rendus du projet

Nicolas Donin, Samuel Goldszmidt et Jacques Theureau, « Instrumenter les opérations d'écoute analytique ? Un bilan du projet 'Ecoutes signées' (2003-2006) », Actes des 15e Journées d’informatique musicale, Université Rennes 2, 18-20 mai 2010 [JIM 2010], p. 165-174.

Jacques Theureau et Samuel Goldszmidt, « Explicitation d’écoutes singulières, analyse des activités d’écoute musicale et conception de situations d’écoute musicale enrichies », Moustapha Zouinar, Gérard Valléry et Marie-Christine Le Port (éds.), XXXXIIe congrès de la SELF, Ergonomie des produits et des services, Toulouse, Octares, 2007, pp. 79-89.

Nicolas Donin et Samuel Goldszmidt, « Annoter la musique : de la segmentation de fichiers audio à la publication d’articles multimédia », Annexes des actes d’IHM 2007 [19ème Conférence de l’Association Francophone d’Interaction Homme-Machine (Paris, France, 13-15 novembre 2007)], p. 53-56.

Nicolas Donin, « Pour une «écoute informée» de la musique contemporaine : quelques travaux récents », Circuit. Musiques contemporaines, vol. 16, n° 3, 2006, p. 51-64.

Nicolas Donin, « Towards Organised Listening: Some Aspects of the ‘Signed Listening’ Project, Ircam », Organised Sound, n° 9(1), 2004, p. 99-108.
[Version française : « Manières d’écouter des sons. Quelques aspects du projet Ecoutes signées (Ircam) », DEMeter, 2004]

Discussion du projet Ecoutes signées

Vincent Tiffon, « La représentation sonagraphique est-elle une aide pour l’analyse perceptive de la musique électroacoustique ? », Lien, Revue d’esthétique musicale, 2006 : L’analyse perceptive des musiques électroacoustiques, p. 3-15. Téléchargeable à http://www.musiquesrecherches.be/dbfiles/a110_1052_Analyseperceptive.pdf

Leigh Landy, Understanding the Art of Sound Organization, Cambridge, MIT Press, 2007, p. 202.

Guillaume Denis, Jeux vidéo, enjeux éducatifs. Une application à l'enseignement de la musique jazz, Paris : Presses de l'École des Mines, 2008.

Mise en relation avec d'autres réflexions sur l'écoute musicale

Nicolas Donin, « Comment manipuler nos oreilles », Cahiers de médiologie, n° 18, 2004, p. 219-228.

Circuit. Musiques contemporaines, vol. 14, n° 1 : Qui écoute ? 2 (Nicolas Donin, éd), 2004.

Circuit. Musiques contemporaines, vol. 13, n° 2 : Qui écoute ? 1 (Nicolas Donin et Jonathan Goldman, éds), 2003.

Ecoutes signées

Ce projet, essentiellement réalisé entre 2003 et 2006, consistait à enquêter sur des pratiques d’écoute singulières et à rendre ces dernières partiellement transmissibles à d’autres auditeurs.

Des collaborations avec plusieurs musiciens ont permis d’expliciter des manières d’écouter qui leur étaient propres, puis de concevoir avec eux des prototypes d’interfaces informatiques permettant d’« écouter comme eux ».

Contributeurs

© 2010 - Ircam